catherineUne fois n’est pas coutume, je tiens à vous présenter une candidate que je connais un peu moins bien personnellement. Je connais par contre ses compétences politiques et sa capacité de travailler au service de la collectivité. Aujourd’hui, je vous invite à découvrir, Catherine Morenville, 14e sur la liste Ecolo à la Région de Bruxelles-Capitale.

Catherine Morenville a eu une expérience de journaliste. Aujourd’hui, elle est secrétaire politique du groupe ECOLO au parlement francophone bruxellois (CoCoF) et à l’assemblée communautaire commune (CoCoM). C’est une spécialiste des matières dites personnalisables, en particulier sociales. Catherine est également conseillère communale à Saint-Gilles.

Sa force de travail, sa capacité à travailler en groupe pour la collectivité ont vite attiré mon attention lorsque j’étais secrétaire régional et que j’ai, un peu, découvert le monde (trop fermé) du parlement bruxellois.

Catherine, tu as un passé de journaliste, qu’est-ce qui t’a donné l’envie de faire de la politique ? Pourquoi avoir choisi Ecolo ?

La politique me passionne depuis longtemps. La frontière entre journalisme et politique est assez ténue et lorsqu’on se spécialise sur certaines matières, il y a un moment où on a envie d’aller au-delà de l’expertise et de faire parler ses convictions. Je le faisais déjà dans la militance associative. Le ressort qui m’anime aujourd’hui en politique est identique : contribuer au changement de société.

La passion du politique, l’envie d’agir plus concrètement, ont donc pris le pas sur ma carrière de journaliste, abandonnée en 2010 afin de m’engager pleinement avec Écolo, en travaillant comme secrétaire politique au Parlement régional bruxellois. Mais je suis militante chez Ecolo depuis 1999 et le choix d’Ecolo n’a pas du tout été le fruit d’un hasard. Dans de nombreux dossiers que je suivais à l’époque comme journaliste chez Alter Echos (immigration, réforme du minimex, partage du temps de travail, …), et où on se serait attendu à voir les socialistes davantage en pointe, les écologistes se sont souvent révélés bien plus progressistes et novateurs dans leur approche. Sans parler des pratiques politiques empreintes d’éthique, de bonne gouvernance et d’une réelle culture de la participation. De vraies raisons pour moi de m’engager et d’établir des ponts avec d’autres axes de ma militance dont la lutte pour plus d’égalité. En dehors de la sphère Ecolo, j’ai en effet longtemps milité pour la défense des femmes sans-papiers.

Tu es spécialisée dans les matières personnalisables. Si tu es élue le 25 mai prochain, privilégieras-tu ces dossiers ou as-tu envie de découvrir autre chose ?

Dans un monde idéal qui me voit donc élue et me donne la possibilité de choisir mes dossiers :-), je privilégierai en effet les matières personnalisables (social, santé, culture, personnes handicapées, cohésion sociale, etc.) et notamment la lutte contre la pauvreté et les inégalités au sens large. Ce sont des matières sur lesquelles je travaille depuis longtemps et dans lesquelles, je peux prétendre à une certaine expertise mais ce sont surtout des matières essentielles dans une région comme Bruxelles qui concentre les « sans » de tout poil, sans-papiers, sans-abri, sans-emploi… Ce sont aussi des matières qui vont connaître de profondes transformations avec le transfert de compétences qui se profile. Dans un avenir tout proche, la Commission communautaire commune va en effet voir ses compétences gonfler de manière considérable, via le transfert des allocations familiales, mais aussi, de certains pans de la politique sociale et de santé. Le défi est de taille mais s’annonce passionnant et le travail parlementaire sur les matières bicommunautaires va grandement s’intensifier. Enfin, j’ai également envie de travailler sur l’enseignement, que je suis déjà comme conseillère communale, sur l’emploi et sur l’égalité femmes-hommes, une compétence sur laquelle je me suis aussi investie durant cette législature et pour laquelle, par ailleurs, je milite en-dehors d’Ecolo.

Si tu devais retenir deux priorités du programme d’Ecolo pour Bruxelles qui te tiennent à coeur, pour ces élections, quelles seraient-elles ? Peux-tu développer en quelques mots ?

La première est une priorité qui concerne avant tout les femmes et l’emploi : il s’agit du transfert des titres-services au niveau de la Région. Un secteur où 97 % des travailleurs sont en fait des travailleuses. Ce système a permis à une majorité d’entre elles de sortir du travail au noir, ce qui n’est pas à rien, mais à quel prix ? Des contrats précaires, à temps partiels, des horaires coupés, pas de priorités sociales : que vous vous appeliez Didier Bellens ou Tartempion, vous payez le même prix. Or, pour Ecolo, c’est clair, on ne peut pas continuer à défendre ce type d’emploi au rabais. Alors, on ne va évidemment pas supprimer le système des titres-services, mais on peut profiter de la prochaine régionalisation pour améliorer le dispositif. Il faut un statut, une rémunération et des conditions de travail correctes. Il faut que les agences titres-services soient évaluées et contrôlées, que les subventions qui sont octroyées aux agences le soient en fonction de la qualité de l’emploi offert et surtout que le prix octroyé au titre-service soit proportionnel au revenu, ce qui permet de limiter les effets d’aubaine et un meilleur financement du dispositif.

Ma seconde priorité, c’est l’enseignement, un autre grand enjeu de la prochaine législature et particulièrement à Bruxelles où le boom démographique va nécessiter de continuer à investir de manière importante, mais pourra aussi s’avérer une opportunité pour enseigner autrement, et plus particulièrement dans les écoles en encadrement différencié (anciennement en discrimination positive). Outre un renforcement des moyens pour ces écoles qui accueillent des publics plus défavorisés, il est essentiel que ce soit aussi dans ces écoles qu’on attire les professeurs les plus chevronnés et qu’on investisse dans les pédagogies innovantes. Des expériences en ce sens ont été tentées à Lille, avec succès. Inspirons-nous en !

Une question vache… Si tu es élue le 25 mai, poursuivras-tu ton mandat de conseillère communale ?

Je sais que la question est délicate, mais je ne botterai pas en touche et y répondrai franchement : si je devais être élue, je compte demander (avec l’accord de ma locale bien sûr) une dérogation, quitte à me fâcher avec quelques électeurs.trices potentiel.les. Je m’explique. J’ai toujours été une ardente défenseuse de nos règles en matière d’interdiction de cumul mais ai toujours aussi estimé, et bien avant d’être potentiellement concernée, que les règles que nous nous imposons sur le cumul, si elles sont éminemment pertinentes pour les échevins et bourgmestres, ne le sont pas en ce qui concerne le cumul conseiller communal-député. Ce ne sont pas des mandats exécutifs, il n’existe pas de conflit d’intérêt, de cumul de rémunérations (cf. nos règles sur les rétrocessions), de position contrôleur-contrôlé et en termes de temps, les deux mandats sont parfaitement compatibles. Le seul argument qui vaut à mon sens, c’est celui de laisser d’autres « monter ». En l’occurrence, je n’ai exercé mon mandat de conseillère communale qu’un an et demi, nous avons par ailleurs des règles sur la limitation à deux mandats qui permettent la rotation et le renouvellement. Il existe des mandats dans le privé ou le public qui en termes de conflit d’intérêt avec le mandat de conseiller communal sont pour moi bien plus problématiques… mais c’est un autre débat…

Un espoir pour l’après 25 mai ?

Que nous sortions renforcés du scrutin pour pouvoir réellement peser dans une majorité si nous devions y monter. Un gouvernement avec Ecolo, ça fait toute la différence et croyez-moi pour l’avoir vécu au Parlement, les rapports de force en politique, ça compte. Mais de manière plus générale et plus essentielle pour moi, il faut que l’axe progressiste sorte renforcé.

Un message à faire passer via ce blog ?

La radicalité n’est pas toujours là où on pense, la transition écologique, c’est un vrai changement de paradigme et je ne peux que vous inviter à comparer les programmes et les bilans. Votez donc pour un vrai projet radical, progressiste et émancipateur et donc réfléchissez bien au moment de poser votre choix. Et chez Ecolo, ça tombe bien, il n’y a que l’embarras du choix, que des bons candidats 😉 et surtout exercez votre citoyenneté aussi après le 25 mai !

Merci beaucoup Catherine d’avoir accepté de répondre à ces questions ! J’ai en mémoire une chouette soirée électorale en ta compagnie, j’ai bien envie de remettre ça.

Retrouvez tout l’actualité de Catherine Morenville, 14e effectve à la Région à Bruxelles sur son site, Twitter et Facebook.

Je vous invite également à consulter le programme Ecolo et à visiter le site de campagne d’Ecolo-Bruxelles (priorités, candidat-e-s…).

Retrouvez les autres coups de coeur :

– Zakia Khattabi, tête de liste à la Chambre.
– Audrey Lhoest, 16e effective à la Région.
– Mohssin El Ghabri, 13e effectif à la Région.
– Michaël Maira, 4e effectif à la Chambre.
Benoit Hellings, 2e effectif à la Chambre.

 

Publicités

"

  1. […] – Michaël Maira, 4e effectif à la Chambre. – Benoit Hellings, 2e effectif à la Chambre. – Catherine Morenville, 14e effective à la […]

  2. […] – Michaël Maira, 4e effectif à la Chambre. – Benoit Hellings, 2e effectif à la Chambre. – Catherine Morenville, 14e effective à la Région. – Martine Cornil, 9e suppléante à la […]

  3. […] – Michaël Maira, 4e effectif à la Chambre. – Benoit Hellings, 2e effectif à la Chambre. – Catherine Morenville, 14e effective à la Région. – Martine Cornil, 9e suppléante à la Région. – Caroline Saal, 2e […]

  4. […] – Michaël Maira, 4e effectif à la Chambre. – Benoit Hellings, 2e effectif à la Chambre. – Catherine Morenville, 14e effective à la Région. – Martine Cornil, 9e suppléante à la Région. – Caroline Saal, 2e […]

  5. […] – Michaël Maira, 4e effectif à la Chambre. – Benoit Hellings, 2e effectif à la Chambre. – Catherine Morenville, 14e effective à la Région. – Martine Cornil, 9e suppléante à la Région. – Caroline Saal, 2e […]

  6. […] – Michaël Maira, 4e effectif à la Chambre. – Benoit Hellings, 2e effectif à la Chambre. – Catherine Morenville, 14e effective à la Région. – Martine Cornil, 9e suppléante à la Région. – Caroline Saal, 2e […]

  7. […] – Michaël Maira, 4e effectif à la Chambre. – Benoit Hellings, 2e effectif à la Chambre. – Catherine Morenville, 14e effective à la Région. – Martine Cornil, 9e suppléante à la Région. – Caroline Saal, 2e […]

  8. […] – Michaël Maira, 4e effectif à la Chambre. – Benoit Hellings, 2e effectif à la Chambre. – Catherine Morenville, 14e effective à la Région. – Martine Cornil, 9e suppléante à la Région. – Caroline Saal, 2e […]

  9. rencontrebeurettes dit :

    Super article je partage sur FB

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s