FestivalZero18Le Festival des Droits de l’Enfant « Zéro18 » a eu lieu le dimanche 17 novembre dernier au Flagey et Place Sainte-Croix à Ixelles. C’était sans compter sur la visite rendue aux organisateurs de la logistique du festival par des policiers les interrogeant sur une possible venue d’enfants afghans. Une visite pour le moins intimidante. J’ai interpellé, pour le groupe Ecolo, le Collège sur cette intervention lors du Conseil communal du 28 novembre 2013.

On ne peut que se réjouir que la Fédération Wallonie-Bruxelles ait choisi notre commune pour y organiser le Festival des Droits de l’Enfant. Pour rappel, le 20 novembre, cela a fait 24 ans que la Belgique a signé la Convention des Droits de l’Enfant. Il s’agit du traité international le plus signé et ratifié au monde. Pas forcément le mieux appliqué.

Des témoignages de l’organisateur logistique du festival font état d’une intervention particulièrement étrange de la police. Des policiers ont interrogé les organisateurs sur base d’une information qu’ils auraient reçue annonçant la venue d’enfants Afghans au festival. Les policiers auraient intimidé les personnes interrogées, leur faisant comprendre qu’il ne valait mieux pas, etc.

Une attitude que nous condamnons fermement. Tout d’abord parce que tous les enfants ont des droits, y compris ceux qui demandent l’asile, et doivent donc pouvoir profiter des activités d’un tel festival quels que soit leur « statut » ou condition. Ensuite, parce que le 24 octobre dernier, le Conseil communal a adopté, à l’unanimité, une motion de soutien aux demandeurs d’asile afghans qui mettait d’ailleurs en avant la situation des enfants.

Droitsenfantsasile

Nous avons donc demandé au bourgmestre s’il était au courant de cette intervention et s’il l’approuvait. Nous avons également demandé que des mesures soient prises pour ce que genre de situation ne se reproduise pas et de garantir la sécurité des enfants afghans qui participeraient à une quelconque activité sur le territoire d’Ixelles.

Dans sa réponse, le bourgmestre nous a informés qu’il n’était pas au courant de cette intervention et qu’il la réprouvait, la qualifiant de « surréaliste ». Il a demandé une enquête interne et que, « le cas échéant, des sanctions soient prises à l’encontre de ces agents, si les faits s’avèrent s’être déroulés ».

Nous avons bien entendu insisté pour être informés des suites de ce dossier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s