Copyright: Dirk Waem (Belga)

Copyright: Dirk Waem (Belga)

Lors du Conseil communal du 24 octobre 2013, des parents, des enfants et des anciens travailleurs des écoles de devoirs d’Ixelles ont interpellé le Conseil communal sur le fonctionnement de ces écoles. 16 travailleurs n’ont pas vu leur contrat (précaire) renouvelé ! Au nom du groupe Ecolo, j’ai fait part de notre inquiétude.

La situation pourrait être qualifiée de surréaliste si elle n’était pas si inquiétante. Il est rare qu’une commune gère son propre réseau d’écoles de devoirs. C’est le cas à Ixelles et cela devrait être une chance, une opportunité pour la commune et ses jeunes. Mais force est de constater que la commune et son échevin de la Jeunesse, Béa Diallo (PS) ne s’en soucient guère : locaux vétustes, matériel pédagogique insuffisant, contrats précaires..

C’est d’autant plus hallucinant quand on voit le débat qui a fait rage autour de l’absentéisme et du décrochage scolaire. Les écoles de devoirs sont un maillon important dans la chaîne de la lutte contre le décrochage scolaire et aussi pour que chacune et chacun puisse réussir dans les meilleurs conditions.

Au-delà de l’aide aux devoirs, les écoles de devoirs donnent aussi le goût d’apprendre ou de réapprendre à étudier, l’envie d’aller à l’école. Mais c’est aussi donner à l’enfant et à l’adolescent une place dans la société, de lui faire prendre conscience de son rôle dans la société, un véritable rôle d’émancipation des jeunes et de cohésion sociale dans des quartiers dits « difficiles ».

Aujourd’hui, les enfants sont déboussolés face à la disparition brutale et sans explication de 16 de leurs apprenants. Découragés, déçus, ils vont devoir reconstruire toute la relation de confiance et de respect qui s’était installée.

Au Conseil communal, c’est aussi la colère des anciens travailleurs qui s’est exprimée. Ceux-ci n’ont même pas été avertis de la non reconduction de leur contrat. Ceux-ci étaient engagés sur base de contrats à durée déterminée de dix mois, renouvelés pendant plusieurs années, et avec un barème en deçà de leur fonction. Des contrats et des conditions de travail précaires qui n’ont pas découragé les travailleuses et les travailleurs.

Aujourd’hui, ECOLO exige que l’échevin revienne à la raison, qu’il instaure un dialogue permanent avec ces familles mais aussi avec les travailleurs. ECOLO ne veut plus entendre l’échevin répondre qu’il travaille, qu’on ne doit pas s’inquiéter, qu’il a des projets pour les jeunes ixellois. A l’approche du premier anniversaire de cette législature nous demandons également que l’échevin convoque, enfin !, une commission « Jeunesse » du Conseil communal afin de débattre de la situation des écoles de devoirs et de ses projets pour les jeunes.

Vous pouvez lire l’entièreté de mon intervention ci-dessous :

Réplique – Interpellation citoyenne sur les écoles de devoirs
Conseil communal du 24 octobre 2013 – Geoffrey Roucourt


Tout d’abord, au nom du groupe Ecolo, je remercie madame Housni et l’ensemble des signataires de cette interpellation citoyenne. Merci en effet d’attirer l’attention des membres du Conseil communal sur une situation que l’on pourrait qualifier de surréaliste si elle n’était pas si inquiétante. Vous étiez déjà nombreuses et nombreux à nous interpeller lors du Conseil communal de septembre, vous aviez alors manifesté devant les portes de la Maison communale.

Ixelles est une des rares communes à disposer de son propre réseau d’écoles de devoirs dépendant directement de la commune. C’est une chance, c’est un atout. Encore faut-il qu’on prenne soin d’elles, qu’on tienne compte de leurs publics variés dans les choix qui sont posés, qu’on mette à disposition des enfants et des jeunes ainsi que des équipes qui les encadrent des locaux adéquats. Nous pourrions par exemple utiliser des bâtiments communaux vides dans certains quartiers à cette fin plutôt que de proposer de les revendre…

Aujourd’hui, vous venez témoigner devant nous de vos inquiétudes. Nous les comprenons et attendons du Collège des réponses à leurs attentes.

Ces derniers jours, nous avons pu lire et entendre diverses interventions médiatiques sur l’absentéisme scolaire ou le décrochage scolaire. Je ne doute pas que l’ensemble des membres de cette assemblée sera d’accord pour dire l’importance du travail des écoles de devoirs. Celles-ci constituent en effet un maillon important dans la lutte contre l’absentéisme et le décrochage scolaire et aussi pour que chacune et chacun puisse réussir dans les meilleurs conditions.

Les écoles de devoirs apportent certes une aide aux devoirs à de nombreux enfants et adolescents. Mais, comme cela a été souligné, ce service permet aussi de motiver ces derniers et de leur donner ou redonner le goût et le plaisir d’apprendre, le goût de l’école.

De plus, les écoles de devoirs participent à la cohésion sociale, à un meilleur vivre-ensemble et à l’émancipation des jeunes. En témoignent les nombreux projets menés par les équipes qui encadrent ces jeunes, en plus de l’aide aux devoirs. En témoigne aussi la participation d’une des écoles de devoirs à un projet de la cohésion sociale ixelloise en matière d’alphabétisation et d’apprentissage du français.

Pour que tout ceci fonctionne, il faut que toutes les parties y mettent de la volonté et du coeur. Que chacun se trouve dans une relation de confiance et de respect mutuel. Et c’est ce qu’ont fait les personnes encadrant les enfants et adolescents. La motivation était au rendez-vous, y compris dans des situations parfois difficiles et des conditions loin d’être toujours optimales. De même que du côté des jeunes, une relation de confiance a dû se créer au fil du temps.

Aujourd’hui donc, des familles et des anciennes travailleuses et anciens travailleurs nous interpellent et nous font part de leurs inquiétudes face à la situation dans laquelle se trouvent les écoles de devoirs dépendant de la commune. La présence de ces familles montre à quel point ces personnes sont touchées par la situation et à quel point elles sont concernées par l’avenir de leurs jeunes.

Locaux vétustes, manque de matériel pédagogique etc n’ont découragé ni les jeunes ni l’équipe multidisciplinaire qui les encadre. Des appels à l’aide et au dialogue ont pourtant été lancés de la part des travailleuses et travailleurs. La plupart du temps sans réponse.

Soulignons les conditions dans lesquelles les travailleuses et travailleurs ont été engagés : contrats à durée déterminée à répétition, parfois pendant plusieurs années en modifiant ici et là quelque chose au contrat histoire d’éviter de devoir passer à un contrat à durée indéterminée  ; barèmes bien en deçà de la fonction exercée… Alors oui, nous entendons et comprenons qu’à un moment ils aient pu en avoir marre. Qu’ils demandent d’être entendus.

Aujourd’hui, une dizaine de travailleurs n’a pas vu son contrat renouvelé. Dans certains cas, il s’agit d’une volonté du travailleur mais dans bien des cas, il s’agit d’une rupture de la part de la commune. Les conditions dans lesquelles ces personnes ont été informées de leur non reconduction sont tout aussi désastreuses.

Les familles n’ont pas été averties non plus des changements importants au niveau de l’encadrement de leurs enfants pour cette année scolaire. Imaginez la réaction des enfants qui découvrent à la rentrée des écoles de devoirs – par ailleurs bien en retard par rapport à la rentrée scolaire – que les personnes qui les encadraient, en qui ils avaient confiance, avec qui ils avaient l’habitude de travailler ne sont plus là. Qu’il y ait à un moment ou un autre des changements, c’est normal, les gens changent d’emploi, etc. Mais que cela se fasse de manière aussi brutale et importante – 16 personnes ce n’est pas rien ! – relève de la mauvaise gestion et d’un manque de communication flagrant.

Nous avons la chance, ou plutôt nous pensions que c’était une chance, qu’une même personne au sein du Collège dispose des compétences « Jeunesse », « cohésion sociale » et « égalité des chances ». Trois compétences clés pour le cas qui nous occupe ce soir avec cette interpellation. Ce qui devrait être une opportunité pour la commune mais surtout pour ces enfants et ces jeunes se révèle plutôt être le contraire. Les enfants et les adolescents en difficulté scolaire doivent retenir toute notre attention.

Madame Housni l’a dit : grâce au travail mené par les encadrants en collaboration avec les enfants, ceux-ci progressent. Ce travail porte ses fruits. Ce n’est pas du court terme mais bien du moyen et du long terme. Des jeunes à qui on doit donner les mêmes chances qu’aux autres pour réussir à l’école et in fine dans la vie.

Les écoles de devoirs ont montré leur importance dans des quartiers où le tissu social est parfois fragile, des quartiers souvent désinvestis par la majorité.

De nouvelles équipes fonctionnent depuis la rentrée et j’imagine qu’il sera difficile de réengager les personnes écartées. Mais nous refusons que cette interpellation reste sans réponse et sans résultat. Nous insistons pour que le Collège aille à la rencontre de ces familles, pour que de réels investissements soient réalisés pour améliorer les conditions dans lesquelles les écoles de devoirs fonctionnent, en terme de locaux, de matériel pédagogique, de contrats de travail des employés et de communication entre la commune et les familles mais aussi entre la commune et les employés. La confiance doit être restaurée pour avancer. Sans cela, nous ne doutons pas que nous reverrons madame Housni et les autres familles à la rentrée prochaine…

Enfin, à chaque fois que je pose une question à l’échevin de la Jeunesse, il me répond, je cite, « ne vous inquiétez pas, je travaille bien, j’ai beaucoup d’idées pour les jeunes d’Ixelles ». Aujourd’hui, je ne suis pas inquiet, je suis très inquiet. Nous demandons donc qu’une commission soit réunie rapidement. A bientôt un an du début de cette législature, celle-ci n’a pas encore eu lieu, il est certainement plus que temps de parler de la situation des écoles de devoir et de vos projets.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s