Voilà, c’est parti pour une nouvelle édition du Brussels Summer Festival. Plusieurs scènes, de la musique, de la bonne humeur – et même du soleil! – il y en aura pour tous les goûts.

Ce vendredi 10 août, première soirée de festival, j’ai choisi de me rendre Place des Palais…

Arrivé pendant le concert de Willow, j’ai pu apprécier une partie de leur set. Sympa comme entrée en matière, mais encore peu de monde pour apprécier. Il faut dire qu’un vendredi à 18h c’est tôt. Le groupe nous a servi du rock et de la pop sur un plateau. Par contre, je ne comprends pas pourquoi le chnateur n’a parlé qu’en français alors qu’il est néerlandophone. Ca me fait toujours bizarre dans une ville bilingue.

Après la première pause, c’est un autre groupe belge qui est monté sur scène : Roscoe. Tantôt intimiste, tantôt pop-rock, j’ai pu découvrir et apprécier un groupe que je connaissais mal. Je devais déjà avoir entendu une ou deux chansons mais sans plus. J’ai apprécié. Le chanteur, d’origine liégeoise, a un point commun avec les chanteuses et chanteurs québecois.es : il perd son accent dès qu’il chante en anglais !

Un public de quarantenaires et plus était présent pour le troisième artiste à se produire, le britanique  John cale and Band. Le démarage fut laborieux, le public ne s’est emballé que dans les dernières chansons. J’en garde un souvenir mitigé. Des choses m’ont plu, d’autres moins. Et j’ai trouvé ça long, ce qui n’est pas bon signe. Je ne doute pas que celles et ceux qui sont fans de l’artiste ont, eux, apprécié le spectacle. Souligons d’ailleurs la présence sur scène de nombreuses et nombreux musicien.ne.s et choristes pour l’accompagner.

Enfin, l’apothéose de la soirée, celui pour qui la Place des Palais s’est enfin vraiment remplie et a enfin bougé : Charlie Winston. C’est la deuxième fois qu’il se profuit au BSF, la deuxième fois donc que j’ai la chance de le voir. De nouveau, un très grand moment ! Il a mis la barre assez haute pour les artistes qui suivront… Dès son entrée sur scène, le public est acquis, dès les premières notes et ses premiers mots, le public est conquis. Quelle générosité aussi : de nombreux échanges avec le public, des rappels à gogo, un artiste et des musiciens qui se donnent à fond, une impression qu’il n’avait pas envie de quitter la scène, l’impression qu’il était chez lui. Et sa surprise du soir aura été de reprendre « Au suivant » et avec son accent, c’était vraiment mignon (oui désolé ça fait bisounours je sais). Son timbre de voix si particulier me fera toujours le même effet, j’adore ! Un très très bon moment.

Au début de la soirée, et jusqu’au concert de Charlie Winston plus ou moins, je trouvais qu’il y avait moins de gens que l’an passé et que le public était moins emballé. Charlie Winston a réussi à changer tout ça en un clin d’oeil!

Côté organisation, un peu moins de publicités sur les écrans pendant les pauses, et pas mal d’annonces culturelles pour les musées bruxellois, la Cinematek, des clips, des extraits de très vieux films, etc. Et toujours, les gobelets consignés, de même que les bouteilles, histoire que les gens évitent de jeter tout ça sur le sol.

Vivement la deuxième journée…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s