Ces derniers jours, les médias belges ont découvert que des femmes se faisaient interpeller en rue, de façon peu courtoise. Ils ont découvert que le sexisme, le machisme, existaient dans la capitale de ce beau petit pays. Ils ont découvert ceci grâce à un reportage réalisé par une jeune femme vivant dans un quartier central de Bruxelles, qui a raconté son quotidien.

Depuis quelques mois, les médias ont aussi découvert l’homophobie. Au travers d’agressions violentes, dont deux mortelles. Ils avaient d’abord découvert que des gens se faisaient insulter ou agresser à Bruxelles, en plein centre de la capitale de ce beau petit pays. Ils ont ensuite découvert que ça avait lieu aussi dans d’autres grandes villes, Liège, Gand… Et dernièrement encore, dans des villes plus petites comme Alost (Aalst).

Dans le premier cas, certains médias n’ont fait que le relais du reportage, se limitant à un quartier et en tirant des conclusions statistiques générales. « Ce sont des maghrébins dans 95% des cas » qui sont auteur de ce sexisme, de ce machisme. Des chiffres qui reposent sur un témoignage, respectable bien entendu. Mais qui se limitent là. Ne pas le préciser est une faute et une porte ouverte aux amalgames. Mais bon, peut-être que dans quelques temps, les médias découvriront le racisme…

Dans le deuxième cas, certains médias ont d’abord été tentés de mettre aussi le doigt sur le « jeune arabe » de service. Ils ont bien dû se rendre compte que les dernières agressions, les agressions meurtrières entre autres, ont été le fait de Belges « de souche ».

Par ailleurs, petite parenthèse, les médias doivent encore découvrir la lesbophobie et la transphobie…

Qu’il s’agisse de sexisme, de machisme ou d’homophobie, aucun média ne s’est remis en question. Aucun média ne s’est posé la question de savoir comment il traitait des sujets, de comment ils les choisissait, de comment il les analysait.

Quelle place laissée aux femmes et aux homos dans les médias ou sur les plateaux télé ? Quelle place a ces publics dans leurs analyses politique, économique et sociale ?

L’éducation passe aussi par les médias. Si on donnait plus de visibilité aux femmes, aux gays, aux lesbiennes, aux transsexuels dans les médias, si on montrait que ces personnes sont aussi compétentes que d’autres, ce serait un pas important. Ce pas devrait aussi se faire pour la diversité culturelle du pays. Les médias doivent être le reflet de la société. Et, à mes yeux, la société belge n’est pas faite que d’hommes hétérosexuels blancs.

Concernant les femmes, les médias auraient pu avoir une analyse genrée des mesures prises par le gouvernement par exemple en matière de pension ou d’allocations de chômage. Oui, parler de la condition des femmes à d’autres moments que le 8 mars, c’est autorisé. C’est même vivement recommandé.

Enfin, les médias doivent s’interroger sur la place qu’ils laissent au sexisme, au machisme, à l’homophobie, et aux autres discriminations tells l’islamophobie ou la racisme, sur leurs forums en ligne. Ces forums sont rarement contrôlés et on y trouve des propos dignes de ceux dénoncés ces dernières semaines par ces mêmes médias. Soyez cohérents !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s