Court métrage réalisé en 2011 par des jeunes schaerbeekois de la maison de jeunes Vision, « Cette prison qu’est mon corps » nous parle d’homosexualité, d’homophobie, de racisme, au travers de l’histoire – ou des histoires – d’Ismael et Malik. L’histoire d’une rencontre, d’une forte amitié. Une histoire « simple » et compliquée à la fois. Un court métrage fort et touchant. Un court métrage qui s’adresse aux jeunes et qui permet d’amorcer le débat de l’homosexualité chez les jeunes.

Ce court métrage a une suite prometteuse grâce à la collaboration de divers acteurs. En effet, la maison de jeunes Vision s’est associée à Tels Quels Jeunes et à l’asbl Merhaba en vue de développer un outil pédagogique autour du court métrage. On ne peut que recommander aux profs, aux éducateurs d’utiliser ce film et le futur outil pédagogique.

C’est aussi la première fois qu’un tel film, sur l’homosexualité, est réalisé par des jeunes pour les jeunes. Des jeunes de nos quartiers. Des jeunes qui ont dû se confronter à certains de leurs préjugés, des jeunes qui ont débattu. Des jeunes qui sont convaincus qu’ils ont eu raison de réaliser ce projet. Des jeunes qui veulent le faire vivre.

Le court métrage a été présenté ce jeudi 21 juin 2012 dans le cadre des soirées « Cinout » organisées par la CHB (coordination holebi Bruxelles). La projection a été suivie d’un débat avec un jeune et une éducatrice de Vision et la salle. Une salle composées de lesbiennes et de gays et aussi d’un groupe de jeunes filles venant d’un centre pour jeunes filles avec deux de leurs éducateurs.

Le débat était intéressant et riche. Les jeunes filles présentent ont dit des choses intéressantes, interpellantes. Parfois des choses sur lesquelles on pouvait avoir envie de bondir. Elles ont été sincères et ouvertes au dialogue. Sur la question des « homos maniérés » par exemple, une des filles expliquait que finalement, c’est aussi ce qu’on voit dans les films et à la télévision. C’est dire combien les médias ont un rôle à jouer quant à la représentation des LGBT, souvent caricaturale.

La présence de ces jeunes filles et le débat qui a eu lieu entre elles et le modérateur et surtout avec la salle montre à quel point le sujet est d’actualité et à quel point le projet de Vision, Merhaba et Tels Quels Jeunes est nécessaire.

Je reprendrai quelques mots d’un.e intervant.e :  « Ce que le fim montre aussi, c’est que toutes les discriminations partent d’une action humaine, qu’il s’agisse d’homophobie ou de racisme ou encore d’autre chose. »

Enfin, force est de constater que peu de membres de la vaste commuauté LGBT avaient fait le déplacement ce soir. Pourtant, ces derniers mois, j’ai souvent lu et enendu des gays se plaindre que « les jeunes d’origine maghrébine ne font rien contre l’homophobie. » On voit bien que des choses se font, je ne reviendrai pas sur l’excellent boulot de Merhaba ou du Minderheden Forum en Flandre. A nous aussi de les soutenir et de les encourager !

A lire :

Article de Têtu : « Vidéo: dans un quartier populaire de Bruxelles, des jeunes s’attaquent à l’homophobie« 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s