Bruxelles, samedi 21 avril 2012.

Chère Eva,

Permettez-moi de vous appeler par votre prénom, une tradition chez nous, les écologistes belges. Je vous écris cette lettre alors que le premier tour de l’élection présidentielle n’a pas encore eu lieu. Ca sera pour demain. Avec, je l’espère pour la France et l’Europe, une belle victoire de l’ensemble de la gauche.

Pourquoi vous féliciter et vous remercier aujourd’hui alors ? Sans connaître le résultat, votre résultat, le résultat des écologistes…

Pour un tas de raisons, dont beaucoup ne se retrouveront sans doute pas sur cet écran.

Bravo d’avoir résisté, d’avoir lutté, d’avoir tenu bon. Cette campagne n’a pas été simple pour les écologistes, pour les plus petits partis. Elle n’a pas offert l’espace nécessaire au débat de fond, à l’échange d’idées. Elle n’a pas permis de donner une vision de projet pour votre pays, pour nos voisins. Cette campagne n’a pas non plus été facile pour vous, personnellement. On vous a moquée, raillée, chère Eva. On vous a insultée et à travers vous, tantôt l’ensemble des écologistes, tantôt l’ensemble des progressistes, tantôt l’ensemble des personnes issues de la diversité, de l’immigration, peu importe leur génération.

Merci d’avoir donné du souffle aux écologistes français et de l’espoir à la société. Vous êtes parvenue, non sans embuche, à rassembler au sein d’EELV. Aux Français, vous avez proposé un nouveau modèle de société. Basé sur la transition écologique de la société et de tous ses aspects : l’environnement c’est évident, l’éducation c’est nécessaire, l’inclusion de tou-te-s c’est essentiel, l’économie et l’emploi c’est urgent… A la jeunesse, vous offrez le rêve – réaliste et réalisable – d’un monde nouveau. Un monde où chacun et chacun trouve sa place. Un monde où le politique sert la société et ne se sert pas de la société. Un monde de justice sociale, un monde de justice tout court, sans justice à plusieurs vitesses.

Non, vous n’avez pas le ton et la voix d’autres candidat-e-s. Je ne vois toujours pas, à la veille de ce premier tour, en quoi c’est un problème. Cette différence est une richesse. Vous accordez bien plus d’importance au fond qu’à la forme. N’est-ce pas ce que la société française réclame après ces cinq années ? Je suis convaincu que c’est ce dont elle a besoin.

Je ne suis pas Français. Mais l’élection présidentielle d’un grand pays comme la France peut être un tournant pour la politique européenne, celle qui va concerner les citoyen-ne-s de 27 Etats, au minimum, dans les cinq ans à venir. A la France forte, vous proposez une Europe sociale et juste forte. C’est bien de cela dont nous avons besoin, nous Européen-ne-s qui subissons l’austérité décidée par nos dirigeants, tournés vers les marchés.

Je ne suis pas Français. Mais j’ai suivi votre campagne, depuis les primaires écologistes jusqu’à la fin. Le parcours parfait n’existe pas. Des erreurs, tout le monde en fait. Vous êtes un être humain, imparfaite. Mais vos erreurs n’ont sans doute été que des erreurs de forme et de communication. J’ai cherché, je n’ai rien trouvé sur le fond.

Je suis Bruxellois, je vis dans la capitale européenne. J’y vois chaque jour ce qu’apporte la présence des écologistes au sein du gouvernement régional. La transition écologique de la société ne se fait pas un jour. Il faut convaincre, encore et encore. Aujourd’hui, je suis convaincu que Bruxelles ne serait pas la cinquième ville verte et durable d’Europe sans l’impulsion des écologistes au sein du gouvernement bruxellois.

Chère Eva,

Bravo et merci pour votre projet, pour votre humanité, pour votre courage et pour votre humour.

Bravo et merci à celles et ceux qui de près ou de loin vous ont soutenue avec force et talent : Cécile, Julien, Elliot, Karima, Esther, Yannick, Dominique, et tou-te-s les autres.

Chère Eva,

Vous ne lirez sans doute pas personnellement cette lettre. Mais peu importe. Vos proches sauront que vous avez apportez de l’espoir au-delà des frontières françaises.

Quel que soit le résultat, je sais qu’il faudra compter avec (et sur) les écologistes pour la suite et pour l’avenir de la France. Et ça, c’est déjà une belle victoire !

Vertes amitiés,

Geoffrey

Publicités

Une réponse "

  1. wanson martine dit :

    j’aime cette lettre – après avoir lu l’article sur le livre- Si Ecolo pouvait avoir en son sein plus de personnes sincères et ayant les bonnes références, nous serions sur les plus hautes marches !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s