En Belgique, lorsqu’une personne mène une action de grève, elle ne reçoit aucun salaire pour ce jour non presté. Logique. Aucun revenu du travail donc. Si la personne est affiliée à un syndicat ET si la grève est reconnue par les instances syndicales, une indemnité est versée par le syndicat à ses affilié-e-s qui ont fait grève.

Aujourd’hui, un député MR (libéraux) demande que cette indemnité de grève soit taxée au même titre que le revenu du travail (article de La Libre). L’élu aux dix mandats dont trois rémunérés (député fédéral, échevin, administrateur du TEC) va même plus loin en affirmant que cette indemnité remplace le revenu du travail. Qu’il n’hésite pas à balayer devant sa porte avant de donner des leçons.

Soyons clairs. L’indemnité de grève versée par le syndicat n’est en rien égale au revenu du travail journalier. Cette indemnité est fixe et faire grève, oui, c’est aussi décider de se priver de revenus.

L’élu libéral, connu pour ses positions à l’encontre de toute personne menant une action syndicale ou une action de grève, nous sert à nouveau son discours antisyndical et antisocial.

Non, monsieur le député-échevin-administrateurs-etc, les grévistes ne sont pas des profiteuses ou des profiteurs ! La grève est toujours (en tout cas cela devrait l’être) l’ action utlime.

Rappelons aussi que les personnes affiliées à un syndicat versent une cotisation à leur syndicat, ce qui permet cette solidarité en cas de grève.

Cet élu ne veut plus de grève ? OK, je pense que tout le monde est d’accord. A lui de demander à ses collègues de faire en sorte que de telles situations n’arrivent pas, que les mesures ne soient pas prises contre la population mais pour elle et avec elle.

Cet élu aime qu’on parle de lui, voilà, c’est réussi. Bassement réussi.

Publicités

Une réponse "

  1. Vattifar Inkali dit :

    Deux réflexions:
    1°: la grève, comme vous le dites, « devrait être l’action ultime ». On le voit trop souvent: elle est une arme que les délégués syndicaux déclenchent n’importe quand et que les organisations syndicales, bien obligées, sont contraintes de suivre.

    2° : il faudra quand même, un jour, qu’on parle de la fiscalité des syndicats. Qu’ils fassent preuve de transparence dans leurs finances. Et qu’ils paient des taxes, comme tout le monde. Ce qui, au départ, partait sûrement d’un bon sentiment (les malheureux syndicats doivent se protéger contre les méchants patrons) est devenu la porte ouverte à tous les abus. Dans la confrontation entre syndiqués et PME, le plus faible n’est plus forcément le syndiqué, on a vu récemment des cas de patrons de PME cassés par un mouvement sans base au sein du personnel. Alors, non, la proposition de cet élu ne me semble pas déraisonnable. Et votre allusion à ses cumuls est d’une bassesse rare (comme s’il n’y avait que les libéraux à pratiquer ce genre de choses et comme si ces cumuls invalidaient son idée)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s