Un nouvel événement organisé par des citoyen-ne-s belges en colère. Une fois de plus parti via Facebook et les réseaux sociaux. Très vite, plus de mille personnes rejoignent la page de l’événement. Un événement pas comme les autres. Festif. Pour encourager les négociatrices et les négociateurs. Sans doute aussi pour leur rappeler que la population restait attentive au sort que le prochain gouvernement lui réservera.

l’événement avait lieu ce samedi 26 novembre 2011. Il s’agissait d’organiser une Rave Party à la rue de la Loi. Dans la zone neutre. Le rassemblement était donné non loin de la station de métro Trône, devant le bâtiment d’une banque à la couleur orange (pas trop envie de lui faire de la pub). Des gens sont venus. Mais ont vite dû déchanter.

La fête – j’insiste sur le mot fête – devait battre son plein, avec des instruments de musique, des chants, une sono mobile. Une fête non autorisée, non interdite non plus puisqu’aucune demande n’a été émise. Très vite, la police, présente en nombre et armée de casques et de boucliers, a encerclé les participant-e-s avant de les arrêter un-e à un-e. Les personnes arrêtées ont eu les mains liées par des colsons et ont été emmenées dans un bus de la police vers la caserne d’Etterbeek. Parmi les personnes arrêtées, un photographe du quotidien La Capitale. Vous pouvez voir l’article en cliquant ici.

Vous trouverez ici une vidéo retraçant le fil des événements de la soirée.

Certaines arrestations se sont faites sous l’insulte de policiers, dans la bousculade. Inacceptable.

Certains me diront « ils l’ont cherché, la manifestation n’était pas autorisée ».

A ces personnes, je répondrai qu’il s’agissait d’un rassemblement festif, comme il en existe lors des matchs de foot par exemple. Qu’aucune demande d’autorisation n’a été émise, par choix des organisatrices. On peut d’ailleurs s’interroger sur cette « obligation de demander l’autorisation pour manifester ». J’espère que ce n’est pas le message que nos dirigeants font passer aux manifestants Tunisiens ou Egyptiens !

On peut être d’accord ou pas sur les motifs de ce rassemblement, comme d’autres (les Indignés par exemple). On ne peut par contre être que d’accord sur le fait qu’il s’agit là d’une utilisation rapide et abusive de la privation de liberté de personnes s’étant rassemblées sur le trottoir, sans gêner personne. Ce n’est pas la première fois que de tels procédés m’inquiètent. Notre démocratie est en danger dès le moment où nos dirigeants utilisent la force pour montrer leur peur face à leur population. Aujourd’hui c’est « la manière douce », mais qui sait comment ceci se passera demain…

Publicités

"

  1. Youri dit :

    C’est une zone neutre.
    Nul n’est censé ignorer la loi.

  2. […] de la “rave party” avortée (lire mon billet à ce propos), les participants ont été arrêtés préventivement. Aujourd’hui, la police a […]

  3. […] de la “rave party” avortée (lire mon billet à ce propos), les participants ont été arrêtés préventivement. Aujourd’hui, la police a […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s