L’Allemagne et la France sont deux grands pays européens. Tant au niveau de leur taille que de leur nombre d’habitants. Ils le sont moins concernant leur politique intérieure mais ce n’est pas l’objet de billet. Les deux Etats entretiennent des liens étroits. Beaucoup se souviennent des relations étroites qu’entretenaient le président Mitterrand et le chancelier Kohl. Les deux pays jouent également depuis très longtemps un rôle important dans la (dé)construction européenne.

Depuis quelques semaines, le couple franco-allemand fait la une de l’actualité. C’en est fini de François et Helmut, l’heure est à Angela et Nicolas. En effet, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy se posent en sauveur de l’Union européenne et de la zone Euro. Ils multiplient les positions communes et les rencontres bilatérales. Souvent sans se soucier des 25 autres Etats membres. Toujours sans se soucier du Parlement.

L’Europe et l’Euro sont en crise ? Oui, certainement. Mais au lieu de jouer aux chefs de l’Union européenne, le couple franco-allemand serait plus inspiré à dialoguer avec tous les Etats. Et à amener le débat dans l’enceinte du Parlement européen. Le Parlement européen représente les citoyen-ne-s de toute l’Europe. Il est plus que logique de l’interroger, de le consulter. A défaut de consulter directement le peuple.

A l’heure où la Grèce vit une crise profonde, politique, sociale et économique, et d’autres pays comme le Portugal, l’Espagne, l’Italie et d »autres ne sont pas en reste, l’Europe doit montrer qu’il s’agit vraiment d’une Union. Les 27 Etats doivent faire preuve de solidarité. Les décisions doivent être prises dans l’intérêt des populations, pas dans l’unique intérêt des banques ou de la finance.

Le couple franco-allemand n’a pas à imposer sa ligne au peuple grec. L’Union a par ailleurs un président… Bien absent et silencieux en ce moment… Regrettable. Et quand le président des USA, Obama, dit qu »il a « une confiance totale envers Nicolas Sarkozy et Angela Merkel », on se rend à nouveau compte du poids que pèse le couple. Un poids démesuré.

Il est temps que d’autres pays se réveillent, ceux qui ont participé depuis toujours à la construction européenne mais aussi les nouveaux pays qui doivent avoir voix au chapitre également.

Enfin, contrairement à l’austérité prônée par Angela et Nicolas – qui finalement ne proposent rien d’autre que de rester dans le même système, celui qui est en crise – avancons de nouvelles pistes de réflexion, réinventons un système économique égalitaire et solidaire. Le temps est venu pour une Europe sociale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s