Il y a quelques jours, nous apprenions la fermeture de la phase à chaud chez Arcelor-Mittal, dans la région liégeoise. Des milliers d’emplois directs ou indirects sont concernés. Une dizaine de milliers de famille est touchée. Un drame social scandaleux quand on sait que cette multinationale a bénéficié des intérêts notionnels, si chers (c’est le cas de le dire!) à la droite, et n’a payé que quelques centaines d’euros d’impôts. Un drame humain honteux quand on voit les bénéfices réalisés par l’entreprise, quand on voit les promesses non tenues. Et j’en passe.

Le 17 octobre, c’était la journée du refus de la misère… Une journée que des familles auront vécu de manière particulière…

Le même jour, des dizaines d’écoliers et de professeurs ont observé un arrêt de travail, à Seraing, en solidarité avec les travailleuses et travailleurs d’Arcelor-Mittal. Au même moment, des syndicalistes venaient expliquer la situation à ces jeunes. Un moment d’échange crucial. En effet, parmi ces jeunes, beaucoup ont une mère ou un père directement touché par cette fermeture.

Cet arrêt de travail, c’est aussi un moment de solidarité entre jeunes directement concerné-e-s et leurs ami-e-s dont les parents ne travaillent pas dans cette entreprise. Un moment de solidarité aussi entre les professeurs.

Ce mardi 18 octobre, au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Communauté française), la députée Florence Reuter (MR) a critiqué ce mouvement de solidarité des jeunes de Seraing. Qu’est-ce qui dérange la députée libérale ? Que des jeunes aient quelque chose à dire ? Que des jeunes aient envie de développer leur esprit critique ? La solidarité ?

Ah, c’est certain, ça doit déranger la députée conservatrice de voir des jeunes s’exprimer. La droite belge, qui n’a plus rien à envier à la droite française, voudrait sans doute que les citoyen-ne-s, dès leur plus jeune âge, entrent dans mule bien défini. Finie l’éducation à la citoyenneté, à l’acquisition d’un esprit critique. C’est l’heure de former des citoyen-ne-s qui obéiront, qui feront ce qu’on leur dira, ce que le monde de la finance dictera, ce que les multinationales décideront.

Non Madame Reuter, ce n’est là ni la mission de notre enseignement, ni ce vers notre société doit tendre.

Enfin, je note le manque d’empathie de la droite par rapport à ces jeunes. Quand quelqu’un va mal, on l’écoute. Ces jeunes sont tristes, ils ont peur pour l’avenir de leurs parents et le leur, ils veulent comprendre ce qui se passe. Ils traversent un véritable drame. Intervenir de la sorte au sein d’un Parlement, c’est une honte. C’est un manque flagrant d’écoute de la population. Quand des jeunes font un pas de travers, la droite est la première à dénoncer « cette jeunesse ultra-violente ». Quand des jeunes expriment leur solidarité et leur inquiétude, vous criez au scandale.

Comme le disait Anne Löwenthal : « Ces enfants-là n’auront probablement jamais les moyens comme vous de faire journalisme pour apprendre l’esprit critique, dénoncer ce qui ne va pas et permettre à autrui d’acquérir une certaine conscience sociale! Vous pouvez dormir tranquille dans votre paradis bleu! »

Madame Reuter, on attend vos excuses avec impatience !

Liens intéressants :

Le reportage de la RTBF : cliquez ici.
Le reportage de RTL-TVI : cliquez ici.
L’article du Vif au sujet de l’intervention de Florence Reuter au Parlement de la FWB : à lire ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s