Ils ont fui leur pays, la Slovaquie, il y a plusieurs mois. Ils sont aujourd’hui en Belgique, au coeur de la capitale européenne. Gare du Nord sous tentes, Etterbeek et maintenant dans un hangar à Ixelles. Ils sont Roms. Ils ont fui leur pays à cause de la persécution dont ils sont victimes au quotidien dans leur pays. Persécution orchestrée par des skinheads d’extrême-droite.

Ces personnes, 64 au total et principalement des familles dont plus de 40 sont des enfants et des bébés, n’ont pas le droit à l’asile. Hélas. En effet, la Slovaquie est un Etat membre de l’Union européenne et il n’y a pas d’asile possible pour les immigrants des pays de l’Union européenne au sein de l’Union. Ils peuvent donc suivre le parcours classique de l’immigration, via le travail par exemple.

Hors, pour pouvoir travailler, il faut une carte de résidence. Ces personnes sont à la rue, sans domicile. Vous voyez la complexité j’imagine. En attendant, ces familles font les frais d’un jeu de ping-pong entre les autorités locales et fédérales. Chacun se renvoyant la balle de la responsabilité de l’accueil.

Cette situation n’a rien de particulier. Un peu partout dans l’Union européenne, les Roms sont rejetés, laissés pour compte. De même qu’ils font souvent les frais d’une campagne de calomnie bien implantée : « ce sont des fainéants », « ils viennent pour voler », « ils sont juste là pour profiter de l’aide sociale », etc.

Permettez-moi également un cri de colère destiné aux instances européennes. Est-il normal que des gens soient victimes de telles discriminations au sein de pays membre de l’UE comme c’est le cas des Roms en Slovaquie ? Il en est de même dans d’autres pays comme la Bulgarie ou la Roumanie… Quelqu’un va un jour prendre cette situation en main ? Au-delà des paroles sur un « sommet spécial Roms », nous attendons des actes pour que ces personnes vivent librement dans leur pays d’origine, ou de choix.

Visite aux Roms à Ixelles

Ce samedi 3 septembre, je me suis rendu dans le hangar ixellois où « logent » la soixantaine de Roms. Avec moi, des pâtes, des tomates, de la nourriture pour les bébés, des lingettes, etc. Un modeste don. J’avais une appréhension à entrer dans le bâtiment, simplement parce que je ne voulais pas faire dans le voyeurisme. Je ne voulais surtout pas leur donner cette impression. Je suis donc entré et j’ai eu l’occasion d’échanger quelques mots avec eux. Leurs conditions de vie sont inhumaines : pas de douches, pas de commodités, de fins matelas posés à même le sol, froid. Pas d’intimité, pas beaucoup de lumière. Non, je ne suis pas sorti indemne de ce hangar. Je ne pourrai oublier ce que j’ai vu. Je ressens une honte profonde pour mon pays, une colère immense pour nos dirigeants, une tristesse de ne pouvoir aider davantage, une admiration face au courage et à la volonté de ces Roms et des gens qui s’occupent d’eux, la Fondation des Petits samourais.

Je retiendrai longtemps – j’espère toujours – cet échange avec ce jeune Rom de 16 ans. Il ne fait pas partie du groupe. Il est originaire du Kossovo et espère un jour avoir la nationalité belge. Il a des papiers et vient d’être inscrit dans une école. La joie de cette nouvelle se lisait dans son regard. Un jeune homme fier de parler plusieurs langues, qui n’oublie pas qu’il a passé deux mois dans un parc dans une tente à côté de la gare du Nord. Une jeune musulman fier de venir apporter son aide et son soutien à ce groupe chrétien. Il a insisté sur ce point.

Ces familles ont un besoin urgent de logement décent, de nourriture, de langes pour les bébés, et j’en passe. Hier, un bébé a été emmené à l’hôpital suite à une forte fièvre. Nous ne pouvons rester indifférents face à une telle situation. Ces familles veulent apprendre le français, que les enfants soient scolarisés et veulent travailler. Loin des clichés trop répandus dans les médias !

Alors oui, les pouvoirs publics doivent agir, maintenant ! Mais en attendant, chacun peut apporter sa petite aide en contactant la Fondation des Petits samourais : fondation.petits.samourais@gmail.com ou au 0488/190.564.

* Regardez le reportage de TV Brussel diffusé le 2 septembre 2011.

* Mes chers élus, vous reste-t-il un peu de dignité ? C’est pour mes pauvres ! par Anne Löwenthal.

Publicités

Une réponse "

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s