Elles sont « à la mode » depuis plus d’une dizaine d’années en Belgique et dans d’autres pays européens. Je veux parler des caméras de surveillance dans l’espace public. Je ne conteste pas l’utilité de tels systèmes en certains endroits (banques, bureaux de poste quand ils existent encore, voire dans les gares, etc). Néanmoins, force est de constater que leur efficacité ne se fait qu’a posteriori d’un problème de sécurité, pour la recherche et l’identification des auteurs de méfaits par exemple.

En rue, je vous invite à lever le nez en vous promenant, vous serez étonné du nombre de caméras qui filment les moindres gestes des passants. Le prétexte à leur présence ? Renforcer la sécurité. Si je peux concevoir que certaines personnes aient meilleur sentiment de sécurité avec la présence de cette technologie, il n’est pas prouvé que celle-ci améliore pour autant la sécurité. En fait, si elle le fait en l’endroit précis, les méfaits se déplacent vers d’autres rues, d’autres quartiers.

Le Royaume-uni a été un des pionniers en matière d’installation de caméras intelligentes dans de  très nombreuses rues. La couverture est énorme. Et aujourd’hui, la police fait le constat que ça ne fonctionne pas, que ça ne fait que déplacer les problèmes. Elle pointe également le manque de moyens pour analyser les images, très nombreuses.

Récemment, le Conseil de police de la zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles a approuvé l’achat de caméras qui seront placées dans l’espace public de la Ville de Bruxelles et de la commune d’Ixelles. Et tout cela pour la « modique » somme de 8 millions d’euros. Vous avez bien lu, 8 millions d’euros. Un achat que le Collège de police n’a pas pu argumenter ni justifier. Cerise sur le gâteau : la zone de police annonce qu’elle ne dispose pas du personnel nécessaire au visionnement et à l’analyse des images qui seront enregistrées !

Si je suis contre l’utilisation à outrance des systèmes de vidéosurveillance pour des raisons évidentes de respect de la vie privée, je ne suis pas pour autant opposé au droit à la sécurité des citoyens. Bien au contraire justement ! La sécurité est importante, c’est un droit pour tou-te-s.

Dépenser 8 millions d’Euros pour des mesures visant à renforcer la sécurité dans notre capitale, ce n’est pas exagéré. Sauf que dans ce cas-ci, ce n’est pas de cela qu’il s’agit.

La sécurité dans les rues et les quartiers doit être assurée par une présence humaine, pas une présence technologique. On estime le coût annuel d’un agent de police à 50 000 euros, je vous laisse faire le calcul du nombre de policiers qu’on pourrait engager avec 8 millions d’euros…

Ce qu’il faut prôner et développer, c’est une présence policière sur le terrain, une police de proximité qui puisse disposer de la connaissance nécessaire du quartier et de ses acteurs. Je prône un dialogue avec les gardiens de la paix (stewards urbains), les associations, les éducateurs de rue, les habitants, les commerçants… Parce que la sécurité, et le sentiment de sécurité, c’est l’affaire de toutes et tous.

Publicités

Une réponse "

  1. Caduchon dit :

    A raison d’une durée de vie moyenne (sous-évaluée) de 5 ans par caméra, 8000000/50000/5 = 160/5 = 32 policiers. Ca n’est pas aussi gigantesque que vous le laissez entendre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s